conseils marketing artiste indépendant

12 erreurs de marketing musical souvent commises par des artistes indépendants

Il y a des erreurs de marketing musical que commentent souvent les artistes indépendants, voici nos conseils pour éviter cela.

Toucher de nouveaux fans est certes plus facile à l’ère du numérique, mais cela ne signifie pas pour autant que le marketing est une chose simple.

Les artistes indépendants doivent suivre certains principes marketing de base afin de tirer le meilleur parti des efforts réalisés.

Voici  une liste des plus grandes erreurs de marketing musical faites par des artistes indépendants :

1. Trop d’appels à l’action sur les réseaux sociaux

Trop d’artistes indépendants demandent aux fans quoi faire dans leurs appels à l’action mais ne parviennent pas à obtenir des conversions.

Par exemple:

  • Ecoute mon nouveau single
  • Partage mon nouveau clip
  • Achète mon nouvel album

Généralement, ce type de demandes est totalement ignoré… Ce que vous devriez faire, c’est de parler à votre audience et créer un dialogue.

Dites quelque chose comme: « Je viens de commencer à écrire les paroles d’une chanson mais j’hésite sur le refrain voici mes deux idées, pensez-vous que je devrais utiliser la première ou la seconde? »

2. Demander aux fans de payer pour découvrir votre musique

« Seulement 3,99€ » ! C’est le type d’accroche que l’on voit généralement sur des produits à la consommation. Pourtant, certains artistes indépendants utilisent les mêmes codes marketing pour vendre un album, et pire pour les découvrir.

Chaque jour, je vois des tweets ou statuts Facebook qui dit quelque «Découvrez-nous sur iTunes» ou «Téléchargez notre premier single à 99 cents.»

Les artistes indépendants sont mal avisés si vous pensez que donner de la musique est une dévalorisation et que «faire de bonnes affaires» signifie toujours collecter de l’argent.

Écoutez, je veux absolument récolter de l’argent, mais tout comme vous, je n’ai jamais payé pour découvrir un artiste de ma vie.

Pensez-y: vos artistes préférés sont entré dans votre vie gratuitement. Vous les avez découvertes à la radio, un ami vous les a fait écouter, ou vous avez payé pour les voir en concert, et à votre connaissance, cela valait le coup et vous été agréablement surpris par le show.

Sans diffusion radio, le marketing musical ici signifie que vous allez devoir intéresser vos futurs fans et les impliquer émotionnellement dans votre parcours artistique avant d’obtenir d’eux de l’argent. En gros, vous devez d’abord créer le désir et un lien entre vous.

3. N’avoir comme seul objectif de vendre

Trop d’artistes indépendants demandent de l’argent à leurs fans sur les médias sociaux presque à chaque publication. C’est limite une sorte d’harcèlement !

Vous devez donner pour recevoir. Créez un contenu qui vise avant tout à intéresser les fans potentiels. Donnez-leur le single, un remix, une version acoustique… puis environ tous les quatre postes, lancez un appel à l’action. N’oubliez-pas que tout le monde n’est pas (encore) abonné à Apple Music, Deezer ou Spotify, alors les MP3 sont encore d’actualité.

4. Penser que sans diffusions en radio vous n’y arriverez pas

Tous les artistes que vous aimiez à votre époque étaient présentés à la radio: c’est ici que beaucoup d’entre vous ont probablement découvert leur artiste préféré et c’est certainement là que leur musique a été suffisamment diffusée pour devenir familière.

Cela fonctionnait dans le passé,  mais aujourd’hui la radio n’est plus aussi efficace pour exposer et médiatiser de nouveaux artistes indépendants

Même si vous aviez un million d’euro à dépenser pour une campagne radio, les gens ont la 3G dans leur voiture. Ils vont changer de chaîne face à une chanson qu’ils ne connaissent pas et chercher un titre qu’ils aiment bien sur une autre station de radio ou site de streaming en quelques secondes.

Bien qu’il y ait toujours des exceptions à la règle, très peu de nouveaux talents artistes indépendant ont été médiatiser par les radios aux cours des dernières années.

Tout artiste ayant eu des diffusions de son tout premier single à la radio au cours des cinq dernières années est apparu en premier sur YouTube, The Voice, puis autre émissions de buzz. Puis, suite à l’engouement, les radios ont commencés à les diffuser.

Investissez votre budget sur un attaché de presse en musique afin d’obtenir une presse écrite et web précieuse que vous pourrez utiliser comme argument pour la suite. Dépensez votre argent pour une entreprise pouvant vous aider à trouver votre public sur les médias sociaux OU en apprenant à le faire vous-même.

5. Ne pas proposer d’offres spéciales sur votre site Internet

Soyons honnêtes, la plupart d’entre vous n’ont pas de boutique en ligne, ce qui n’est pas malin. Vous donnez au moins 30% de vos revenus durement gagnés à un distributeur digital alors que vous pourriez potentiellement tout garder vous-même, sauf au niveau de la gestion des droits… Mais ici on ne vous parler pas de vendre votre musique mais vos produits dérivés.

Ceux d’entre vous qui ont une boutique en ligne doivent proposer des bundles, c’est un dire des remises quand on achète plusieurs produits différent, comme un tee shirt et une casquette à votre effigie. 20% de vos acheteurs potentiels adoreront bénéficier d’une offre spéciale, alors essayez !

6. Ignorer YouTube

YouTube est probablement le plus gros atout marketing à votre disposition, et beaucoup d’entre vous ne l’utilisent pas.  YouTube est votre propre réseau de télévision privé, traitez-le comme tel, et surtout, le plus gros sites de streaming musical au monde !

Youtube est classé 2ème des sites les plus visités en 2018, après Google et avant Facebook

7. Ne pas avoir de budget marketing

Malheureusement, la plupart des artistes indépendants dépensent chaque dollar de leurs ressources financières précieuses et limitées pour créer le disque et zéro dollar pour le commercialiser. S’ils dépensent de l’argent en marketing, c’est horriblement mal dépensé et proportionnellement à l’envers.

La bonne musique a rarement, voire jamais, trouvé son propre public de manière «organique». Quelqu’un, quelque part, mettait en quelque sorte le travail de l’artiste devant le groupe de personnes approprié pour créer l’impulsion qui peut tout lancer.

Si vous obteniez un contrat d’enregistrement, votre label dépensera environ 10% du budget total pour réaliser un disque et 90% pour sa promotion.

Prévoyez donc un budget pour votre marketing !

8. Ne pas poser les bonnes questions

Vous êtes trop nombreux à vous demander «Comment puis-je présenter ma musique aux bons professionnels de l’industrie pour que je puisse la produire ?» Ou «Comment trouver un label ?»

Les questions que les artistes indépendants devraient se poser sont les suivantes: «Quel est mon public? Où puis-je les trouver? Comment puis-je me connecter avec eux? Que puis-je faire pour les amener à écouter sérieusement ma musique avec leur cœur?

La plupart des informations marketing dont vous avez besoin sont disponibles via votre ordinateur et sont en grande partie gratuites. La seule chose qui manque, c’est une bonne attitude créative à l’égard du projet, une éducation pour vous inspirer et l’engouement pour commencer!

 

9. Ne pas interagir avec votre public

L’époque de la mystérieuse rock star est révolue depuis un certain temps déjà. Les artistes indépendants doivent engager tous ceux qui les engagent. Les gens admirent encore les créations, mais ils ont besoin de plus s’ils vous rencontrent via leur appareil.

Bailey James, ma merveilleuse cliente de 13 ans, interagit avec toutes les personnes qui la contactent sur les réseaux sociaux. Ils ne peuvent pas y croire quand elle le fait, ce qui la rend authentique et leur donne le sentiment de se sentir spéciale. Elle a plus de 30 000 adeptes sur Instagram et chaque post que cette petite fille publie affiche en moyenne 600 mentions J’aime et 85 commentaires par publication.

La différence entre Bailey et vous, c’est qu’elle comprend, et vous vous excusez toujours à dire pourquoi vous ne pouvez pas, ou pourquoi vous ne devriez pas, ou pourquoi vous ne le ferez pas. Vous rencontrez des gens pour la première fois sur les médias sociaux. Pensez-y comme à un cocktail.

Lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, il ne se souvient plus de ce que vous avez dit, mais de ce que vous lui avez fait ressentir. N’oubliez pas cela et les réponses de vos fans changeront instantanément.

10. Ne pas avoir un site d’artiste

Les gens ne seront pas abonnés si vous ne leur demandez pas. Ils ne téléchargeront pas ce single gratuit si vous ne le leur demandez pas. Vous obtenez 80% de ce que vous demandez dans la vie, alors pourquoi ne pas le faire? La pire chose qui puisse arriver est qu’ils disent «non», mais comme il s’agit d’un média social, vous ne traiterez jamais directement avec le rejet.

J’ai récemment eu l’opportunité de travailler avec une étonnante artiste de 14 ans, Erin Kinsey. Elle avait trois vidéos sur sa chaîne YouTube avec un total de 250 000 vues et 1 224 abonnés. Ils ont ajouté une quatrième vidéo juste avant Noël et j’ai annoté les quatre demandes d’abonnement.

Cette quatrième vidéo a été vue plus de 113 000 fois et ses abonnements ont bondi de 41% en trois semaines, ajoutant 503 nouveaux abonnés pour un total de 1 717. Je n’ai fait que demander. Toutes les informations dont vous avez besoin pour apprendre à le faire sont disponibles dans l’onglet « Créateurs » de YouTube.

11. Penser que vos réseaux sociaux vous appartiennent

Vous ne possédez pas les informations. Ne vous trompez pas. Tous vos goûts et vos suivis peuvent provenir de vos vrais fans, mais vous ne possédez pas ces informations, et par conséquent, quelqu’un vous facturera l’accès à ces données à un moment donné, s’ils ne l’ont pas déjà commencé heu, Facebook).

Vous devez échanger régulièrement des téléchargements gratuits en échange d’adresses de courrier électronique et / ou de numéros de téléphone. Facebook vous facture pour accéder à votre suivi. Twitter fera de même, Instagram, etc. Vous devez posséder les informations pour pouvoir les atteindre quand vous le souhaitez, gratuitement, à vos conditions.

12. Ne pas capturer les emails est une grosse erreur

Les spectacles en direct ont un meilleur taux de conversion si vous êtes bon. Demandez en live à vos fans de s’inscrire à votre newsletter, pensez à avoir un formulaire clair et facile d’accès depuis la page d’accueil de votre site.

De plus, pour les fidéliser et qu’ils ne se désabonnent pas, prenez en compte les règles de base pour une newsletter.