Comprendre la gestion de la programmation musicale en radio

Vous voulez savoir comment un titre finit par être diffusé en radio ? Nos explications pour vous aider à voir plus clair.

arctic-monkeys

En radio, la musique constitue à la fois un mode d’identification de la station et un lien fort avec son public. Le rôle du programmateur musical est donc primordial mais comment fonctionne t’il ? Est-il seul à décider ? Comment sont créées les playlists ?

La réflexion autour de l’élaboration des playlists est différente selon le type de radio concerné. Quand il s’agit d’une radio généraliste, l’auditorat évolue au cours de la journée, les émissions parlées ont une place prépondérante et il faut donc adapter le programme à l’auditeur potentiel. Il y a généralement plusieurs programmateurs musicaux qui doivent se mettre d’accord sur une playlist.

Dans le cas d’une radio musicale, les auditeurs sont plus homogènes et attendent le même type de musique tout au long de la journée. Il y a donc généralement un seul programmateur musical qui doit écouter les nouveautés, décider des titres qui seront mis en avant tout en s’appuyant sur la cellule d’étude qui sonde le public.

Enfin, en radio associative, le programmateur prend plus de risques pour proposer une sélection plus recherchée et plus éclectique. Dans tous les cas, il doit faire preuve de curiosité, de cohérence et d’exigence dans son élaboration de playlist.

Les playlists sont créées grâce à des logiciels complexes comme par exemple Selector, un des plus connus. Différents niveaux de rotations sont intégrés dans ces logiciels ce qui permet de définir si un titre doit passer régulièrement ou plus occasionnellement à l’antenne. Ainsi, on peut créer des catégories (par exemple, par style musical ou par ancienneté du titre) qui regroupent un ensemble de chansons susceptibles d’être diffusées. On définit également dans ce logiciel ce qu’on appelle des « horloges » qui correspondent à chaque heure de la journée et qui sont composées de tous les éléments qui seront diffusés. Par exemple, un titre de la catégorie « Rock » puis un titre de la catégorie « Pop » puis une intervention animateur puis un écran pub puis un titre de la catégorie « Top40 » etc…

Ces playlists doivent évidemment respecter un certain nombre de contraintes comme par exemple la durée des titres (d’où les radio edit favorisés), les emplacements des écrans pub ou encore les quotas de chansons francophones (voir notre article à ce propos). Ainsi, les programmateurs musicaux doivent vérifier toutes les playlists et éventuellement faire des modifications manuellement.

La composition des playlists tient aussi compte de l’avis des auditeurs qui sont sondés par des instituts. Ainsi, chaque titre qui entre à l’antenne est testé sur un panel. On obtient donc 3 indicateurs : la notoriété, le rapport quantitatif entre ceux qui aiment et ceux qui détestent et enfin la lassitude. Selon ces résultats, un titre restera plus ou moins longtemps à l’antenne et aura une plus ou moins forte rotation (nombre de diffusion par jour).