Inda

Pouvez-vous nous parler du début de votre carrière, une anecdote, un déclic qui vous a poussé à vous lancer ?

Depuis l’adolescence, je dissous mes émotions sur les touches blanches et noires de mon piano. L’écriture de paroles est un jeu que j’adore, néanmoins, l’idée d’écouter ma voix ne m’a jamais plus.
Une rencontre, que je garde secrète, m’a fait prendre conscience de l’importance de m’exprimer de cette manière. Malgré des appréhensions, j’ai pris des cours de chant via Skype avec un professeur sur Paris.
Aujourd’hui, je les surmonte, en liant ces passions dans des créations qui me ressemble un peu plus, chaque jour.

Comment se passent vos répétitions et enregistrements ? (Lieu, durée, travail en équipe)

Je compose chez moi, depuis la côte basque. Je passe généralement peu de temps à composer la mélodie. J’ai pris l’habitude de travailler seul et j’écoute pendant des heures des créations postées sur le net.

Faites-vous du live ? Comment cela se passe-t-il ? Avez-vous un agent ou contrat de tourneur/booking

Je ne fais partie d’un label et je n’ai pas d’agent. Je compose, je mix et je masterise toutes mes musiques. Je touche à tout et je diffuse ma musique moi même, via le service « Imusician ».

L’idée de participer à un concert ou un live me fait peur mais je vivrai cette expérience d’ici peu…

Quelle est votre prochaine actualité ? Des choses à venir ?

Je prépare actuellement le 4ième titre de mon futur EP. J’y prends beaucoup de plaisir. Je re-découvre des sons minimalistes avec des synthétiseurs rétro. Je cherche en ce moment un voix féminine pour un Feat sur 2 titres de l’EP. Il sortira au premier trimestre 2018.

Avec Internet, les talents ont aujourd’hui une grande liberté pour faire découvrir leurs œuvres au public, quels sont les moyens / outils que vous conseillez ?

J’utilise des moyens simples comme la diffusion sur les réseaux sociaux tel que : Facebook, Instagram, Twitter, etc. J’ai diffusé mes premières actus via mes amis et amis des amis. J’essaye de varié et d’interagir avec mes abonnés par des photos ou pensées qui me traverse l’esprit. Il ne faut pas hésiter à se faire plaisir à faire découvrir aux autres ce qui nous plait.

Le téléchargement illégal, quel est votre avis sur le sujet ?

Comme tout le monde, je ne l’ai jamais fais… et comme tout les créateurs, j’aimerai pas que ça m’arrive. Avant, on copiait des K7 et maintenant on télécharge illégalement. Nous devrions nous pencher sur la raison qui nous à le faire, car la faille existe dans chaque nouveau système. Donc cela se reproduira à l’infini. Télécharger illégalement c’est gratuit et surtout cela prend quelques secondes. La voie légale est plus contraignante car elle nécessite de passer par des étapes de sécurité.

Le téléchargement illégal diminuera le jour où les contraintes (coûts, temps) des services légaux disparaîtrons.

J’apprécie l’initiative de « Bandcamp » et des plateformes comme Spotify ou Deezer. Je pense que les choses vont dans le bon sens !