regard d'un homme

La peur de l’échec est commune à tous. De fait, nous hésitons à prendre certains risques qui peuvent pourtant s’avérer être de très bonnes opportunités. Chaque risque que l’on prend se termine par un échec ou une réussite, et le risque est d’ailleurs proportionnel au gain qu’il peut apporter.

Au cours d’une carrière, il est impossible de ne pas passer par certains échecs. Tout l’intérêt est d’apprendre de ses erreurs pour devenir meilleur, et voici 3 leçons que vous pouvez tirer de vos échecs.

1 – Echouer est nécessaire pour un artiste

Créer, inventer, c’est oser. C’est prendre le risque de sortir des sentiers battus pour exprimer quelque chose de nouveau. C’est donc aussi prendre le risque de se tromper et d’échouer. En tant qu’artiste, votre processus créatif est permanent car vous êtes sans cesse en recherche d’inspiration quand vous ne composez ou ne jouez pas vos morceaux. Ainsi, il est impossible de ne jamais échouer.

Chacun de vos morceaux ne pourra être un hit international, c’est juste impossible. Vous allez donc dépenser du temps et de l’argent sur des morceaux qui ne marcheront jamais, mais c’est tout à fait normal et fait partie intégrante de votre processus de création. Continuez donc à innover, prenez des risques, cela vous aidera pour la suite.

2 – Accepter et prendre en compte la critique musicale

Être un artiste, c’est avoir une vie publique et donc s’exposer à la critique. Mieux que de la respecter, il faut écouter ce que l’on vous dit, car toute réaction de la part d’un tiers, même s’il n’y connaît rien à la musique ou à votre style, est bonne à prendre.

Tout le monde a des défauts, et personne n’est parfait. Être assujetti à la critique est donc une opportunité pour vous de vous améliorer que peu de gens ont la chance d’avoir. Soyez donc reconnaissant du fait que quelqu’un ait pris le temps de vous écouter et de penser à ce que vous faîtes, et évitez de passer pour un narcissique. Si vous n’êtes pas d’accord avec la critique, expliquez pourquoi, car se refermer, réfuter et refuser toute critique sera à la fois mauvais pour votre image et pour votre développement.

3 – Devenir un véritable professionnel du milieu de la musique

Un échec est l’occasion de se remettre en question. Or il arrive d’échouer en raison du manque de connaissances dans le business de la musique, et non pour des raisons purement artistiques. Même si ce n’est pas la partie de ce métier qui fait rêver, il ne faut pas la négliger car il y a aujourd’hui peu de chance que vous soyez directement signé par un label qui s’occupe de tout pour vous à votre place.

Gérer son image, son argent, ses ventes et ses investissements sont indispensables et nécessitent de l’implication et de l’engagement de votre part pour comprendre cette partie de votre métier.